Qui fume au Luxembourg?

Actualité - 10 juillet 2011

LES HABITUDES TABAGIQUES AU LUXEMBOURG

Comme chaque année depuis 2001, la Fondation Cancer présente les résultats sur les habitudes tabagiques de la population du Luxembourg (enquête représentative de la population, réalisée TNS ILRES auprès de 6.061 personnes à partir de 15 ans, durant l'année 2010).

Vu le sujet de la journée mondiale sans tabac 2011, la Fondation Cancer en profite pour faire un appel aux responsables politiques pour augmenter significativement les prix du tabac et pour interdire de fumer dans les cafés et discothèques. Faut-il rappeler que le tabagisme tue 500 à 600 personnes chaque année au Luxembourg ?

Les résultats

L’enquête montre que 24% de la population du Luxembourg fume ce qui ne change pas par rapport à 2009 et fort peu par rapport aux années 2006, 2007 et 2008 avec 25% de fumeurs.

Dans l'ensemble, on peut dire que les hommes fumeurs sont plus nombreux que les femmes fumeuses : 27% versus 20%.

En ce qui concerne l’âge des fumeurs, ce sont surtout les 25-34 ansqui fument (30% de fumeurs) suivis de près des 18-24 (29% de fumeurs).

Quant au tabagisme passif, il n’a y pas de doute : respirer la fumée des autres dérange 80% de la population. Une analyse détaillée montre que même 58% des fumeurs se sentent dérangés par la fumée.

Si on analyse le taux de fumeurs qui aimeraient s’arrêter, il s’agit d’une majorité : 54% des fumeurs aimeraient s’arrêter de fumer et 17% aimeraient moins fumer. Il ne reste plus qu’un noyau dur de 28% de fumeurs qui sont satisfaits de leur état tabagique.

Appliqués à la population, ces chiffres montrent qu’au Luxembourg :

  • 76% de la population est non-fumeur
  • 13% aimeraient s’arrêter de fumer
  • 4 % aimeraient fumer moins
  • 7% sont satisfaits de fumer.

L'étude détaillée sousLes habitudes tabagiques au Luxembourg en 2010

Les conclusions de la Fondation Cancer

Les derniers chiffres (seulement 7% de fumeurs satisfaits de leur état!) peuvent s'avérer très encourageants pour les responsables politiques à qui il manque parfois le courage politique pour faire passer des mesures antitabac.

Il est clair que la prévention du tabagisme ainsi que les services offerts aux fumeurs qui désirent arrêter de fumer doivent être continués sans relâche. La Fondation Cancer continue à agir dans ce sens.

Il est aussi évident que les efforts doivent se concentrer sur les plus jeunes (15 à 17 ans) et sur les jeunes adultes (18 à 34 ans). Pour cela, ce sont surtout des mesures politiques qui sont nécessaires :

  •  une augmentation significative des prix du tabac et
  •  l’interdiction totale de fumer dans les cafés et boîtes de nuit, lieux fréquentés par les jeunes.

Ces demandes répétées de la Fondation Cancer rejoignent les exigences actuelles de l'Organisation mondiale de la Santé, qui se concentre pour la Journée mondiale sans tabac à la pleine application de la Convention-cadre pour la lutte antitabac.

Dernière modification le 19 novembre 2011

Imprimer